La grande lieue gauloise. J. Dassié. Page 22.

ANNEXES

Page précédente
Retour Sommaire
Page suivante

I - Les bornes de Jublains.

      Cette illustration, extérieure à notre zone d'étude, est cependant bien révélatrice d'un certain état d'esprit en ce qui concerne la métrique des voies. Dans J. Naveau 1997 (Bib.) , on trouve page 22, à Bornes milliaires 13, concernant une borne de Jublains : "le gué est à plus de quatre lieues de Jublains. Le monolithe a dû être déplacé d'environ 1200 m pour être jeté dans la rivière". Explication peu logique. Pourquoi ne pas simplement envisager que ce milliaire soit bien resté en place au bord du gué de St Léonard, sur la Mayenne, et que les lieues en questions soient des lieues gauloises ! En effet 4 x 2,222 = 8,9 Km, distance estimée trop courte de 1,2 Km. Corrigeons pour avoir la distance réelle 8,9 + 1,2 = 10,1 Km. Et 10,1 / 4 = 2,52 Km, valeur de la lieue gauloise en ce point. Il y a toujours une marge d'incertitude due aux arrondis, mais même en ce cas la valeur serait comprise entre 2,45 et 3,00 Km, tout à fait compatible avec la lieue gauloise, mais sûrement pas avec la lieue romanisée de 2222 mètre.

      La borne milliaire 14, de Launay en Châtillon-sur-Colmont, découverte en 1981, est décrite par l'auteur sur le même mode : "l'emplacement du calvaire au pied duquel la borne était couchée dépasse d'environ 1700 m les 9 lieues de Jublains". Prenons le contre-pied de ce raisonnement et supposons plus logiquement que le calvaire a bien été construit à l'emplacement d'une borne (dont l'antériorité est évidente). En appliquant le même calcul que ci-dessus, nous pouvons déterminer une lieue gauloise moyenne de 2410 m, l'imprécision étant grande sur de si courtes distances, et les VIIII lieues peuvent alors parfaitement convenir.

I-1 Détermination de la valeur moyenne de la lieue par convergence graphique.

      La précision des conversions augmente avec le nombre de lieues à convertir, par réduction des erreurs d'arrondis. Sur un itinéraire déterminé, il est intéressant de représenter les marges d'incertitude d'arrondis en fonction du nombre de lieues. La double exponentielle obtenue donne une bonne image de l'évolution de la précision, cependant que la valeur centrale donne la valeur la plus probable de la lieue utilisée.

Fig. 14. L'incertitude de conversion, fonction du nombre de lieues converties.

Page précédente
Retour Sommaire
Page suivante